GENETIQUE

Consanguinité ?

(en bas de page)

La couleur de l’Axolotl est générée par trois différents types de cellules qui peuvent causer diverses mutations de couleur dans leur interaction.

 

• Mélanophore : Cellule qui stocke la mélanine qui est un pigment de couleur sombre (Melanos = noir).

 

• Xanthophore :Les xanthophores sont des cellules pigmentaires de couleur jaune; c'est un chromatophore jaunâtre (Xanthos = jaune).

 

• Iridophore : Un iridophore distingue une cellule dotée de possibilités d'iridescence, comme un chromatophore.(Iridios = brillant). Tous les gènes ont deux allèles. Les allèles peuvent être dominantes  ou récessives ou bien encore intermédiaires.

Type sauvage : L’Axolotl  de type sauvage contient les trois types de cellules pigmentées. La couleur foncée est dûe aux mélanophores. Avec le gène  xanthophore il devient ocre ou vert de couleur foncée, sa couleur peut varier selon les individus en fonction de la concentration des pigments. Les taches brillantes, en particulier dans la queue et le voile dorsal sont causées par les iridophores.Le cooper est un sauvage sans pigments noirs. Comme le gène est dominant pour l'expression de tous les types de pigments , tous les axolotls  l’ont dans leur phénotype. La gamme la plus importante de couleur se trouve dans le type sauvage qui possède tous les gènes (du jaune au pourpre au vert au gris.  8-) 

SAUVAGES
MELANIQUES

Les axolotls mélaniques peuvent être blancs, gris et noirs . Dans leur peau les iridophores ne se sont pas formés  de sorte que l'éclat argenté est supprimé. Leurs  yeux sont complètement sombres sans iris et/ou mats comme pour les albinos mélaniques. La peau est aussi de couleur mate.

Mélaniques noirs

Mélanique albinos 

albinos mélanique, axolotl albinos

Les animaux qui ne produisent ni mélanophores ni  iridophores, homozygotes avec une légère teinte de jaune par le xanthophore qui lui est présent.

AXANTHIQUES

Axanthique albinos

Ils sont blancs, mais peuvent avoir un léger lustre métallique. Ils leur manquent mélanophores et xanthophores, de sorte que seul l’iridophore reste présent. Donc  homozygotes.

Axanthique gris

axanthique dalmatien, axolotl axanthique

Les axolotls axanthiques n’ont pas le gène  xanthophore. Cependant, ils ne diffèrent guère de types sauvages très sombres car la concentration de mélanine peut être très prononcée individuellement. Ce phénotype ne peut probablement être déterminé avec certitude par rétrocroisement.

ALBINOS

Le premier type d’albinos est l'albinos blanc. Il est homozygote pour "d" et "a" (d / d et a / a). Présence des iridophores (cellules pigmentaires brillantes) dans ses branchies. Les albinos blancs ont la peau très blanche et les yeux rouges avec branchies rouges.NB : Beaucoup de nos albinos blancs n’ont pas d’iridophores donc il s’agit en fait d’albinos axantiques. Qui seront amenés à jaunir un peu avec les années.Le deuxième type d’albinos est l'albinos axanthique. Il a la migration des cellules de pigment normal, mais est homozygote pour le gène albinos et le gène axanthique (a / a et ax / hache), ce qui signifie qu'il lui manque les mélanophores, xanthophores et iridophores. Il est presque blanc mat, mais devient jaune avec l'âge en raison de l'accumulation de riboflavines de son régime alimentaire.Le troisième type est l'albinos mélanique. Il est homozygote pour "m" et "a" (m / m a / a). Alors qu'un mélanique non albinos serait noir, la combinaison du mélanisme et de l'albinisme "supprime" tous les pigments, sauf un petit soupçon de xanthophores jaunes sur la tête et le dos. Le quatrième type d'albinos est l'albinos doré, le gold :   Le Phénotype est albinos A / A (mélanophores manquant). Il existe plusieurs types de phénotype différent-axolotl albinos. Voici quelques-uns d'entre eux. l'albinos or (D / D a / a ou D / da / a). Il a subi une migration normale de ses cellules pigmentaires, mais manque de mélanophores, d'où l'apparition de  jaune/or. Les Albinos gold sont jaunes dorés avec des yeux jaunes et des branchies rouges. Le pigment sombre des mélanophores est manquant, les caractéristiques des autres pigments sont normales. Homozygote pour un, peut être homo ou hétérozygote pour les gènes restants. Cette variation de couleur a été rendue possible par un croisement avec la salamandre tigrée dans la lignée de l'axolotl, puisque aucun Axolotl n’était connu pour manquer de mélanophores. Cette sorte de couleur est également connue comme « Humphrey Axolotl »  (nom du scientifique qui a créé ce croisement pour la première fois). 

gold, axolotl jaune
axolotls gold, albinos doré, axolotl jaune

GOLD

ALBINOS BLANC

LEUCISTIQUE

Pour rendre les choses encore plus confuses,  il y a une autre caractéristique qui n'a rien à voir avec la présence de pigments. L'arlequin : les pigments se dispersent dans la peau, mais un quatrième gène est actif, que l'on nomme D. Est-il défectueux ? Ou bien il y a-t-il une répartition des pigments incomplète ? En tout cas toutes les cellules pigmentaires, comme les  xanthophores, Iridophores ou mélanophores restent le long de la crête neurale antérieure de l'embryon, où ils ont été formés et ne migrent pas dans les autres régions  du corps comme habituellement. Il a  un corps blanc, mais les yeux sombres et est pigmenté très souvent sur le dos ou sur la tête («taches de rousseur"). Avec des formes spéciales, l'arlequin a une forte pigmentation de la tête et des branchies. Résumé : Les axolotls subissent beaucoup de variations de couleurs. Les éleveurs produisent souvent une progéniture singulière dont le phénotype défie le génotype de l’animal.  Les axolotls « pie » (et pas seulement sur le haut du corps comme un leucistique), le leucistique  jaune avec des taches noires, il y a aussi  l'arlequin avec patches oranges et noirs sur le corps ne sont que quelques exemples de ce que le hasard peut présenter. 

                                                                      
Mais au vu de l’ADN de l’axolotl toutes les couleurs sont possibles dans la descendance pour peu qu’il y ait eu des croisements. Ainsi nous verrons de nouvelles couleurs arriver.



   
Aspect génétique scientifique  (partie plus complexe) :  
La couleur de l’axolotl dépend des cellules pigmentaires appelées chromatophores. Ces cellules sont mélanophores (contenant la mélanine, un pigment brun-noir), xanthophores (contenant des caroténoïdes, des pigments et des ptéridines jaunes et rouges) et iridophores (contenant purines Crystalised, qui confèrent une irisation brillante).
Chaque cellule de l’axolotl, comme indiqué ci-dessus, contient 14 paires de chromosomes. Chaque caractéristique des animaux est codée par des gènes sur des paires de chromosomes. Les gènes pour les cellules pigmentaires sont hérités indépendamment l'un de l'autre, et il n'y a pas de lien connu à d'autres gènes. Ainsi, chaque type de pigments est codé par deux gènes différents, un sur chacune des paires de chromosomes. Ces gènes contrastées qui codent pour la même caractéristique sont connus comme allèles. Une paire d'allèles est écrit comme ceci: X / x. Une lettre majuscule signifie que le gène est un gène dominant, par opposition à la lettre minuscule, ce qui signifie que le gène est récessif.
Par exemple, l'allèle qui contrôle l'albinisme pourrait être trouvée dans un axolotl dans l'une des combinaisons suivantes: A / A, A / A ou A / A. Si l'animal était A / a, parce que a est récessif et A est dominant, le phénotype de l'animal ne serait pas albinos, mais il serait porteur du gène de l'albinisme (car il a un "a"). Étant donné qu'il transporte à la fois "A" et "a", il est connu comme «hétérozygote». Si l'animal avait l'A / Une combinaison, son phénotype ne serait pas albinos, et il ne serait pas porteur le gène de l'albinisme (les deux gènes étant le même, il est appelé "homozygote" pour "A"). S’ il était homozygote pour "a" (c’est -a / a), le phénotype de l'animal serait albinos. Depuis "a" est récessif, les deux allèles doivent être "a" pour que l'albinisme s’exprimer dans le phénotype. Résultats de albinisme : un manque de mélanine (le pigment foncé). Chez les axolotls, elle entraîne également une augmentation du nombre de xanthophores (cellules pigmentaires jaunes).
De la même manière que A / a conduit à un manque de mélanine, m / m (mélanoïde) se traduit par un manque d’iridophores. Ces animaux sont très sombres, sans cellules pigmentaires de réflexion (de la lumière). M / m ou M / M se traduirait par le développement d’iridophores normalement. Les animaux homozygotes pour "hache" (c.-à-ax / AX) sont axanthique, ce qui signifie qu'ils n’ont pas de xanthophores ou d’ iridophores visibles. Ces animaux sont presque aussi sombres que les mélaniques. Les animaux homozygotes pour le gène à la fois albinos et axanthique semblent être légèrement blanc cassé (jaunâtre). Le tableau suivant résume les gènes de couleur

génétique axolotls

Sauf quelques exceptions, la fécondation des urodèles est interne : les spermatozoïdes, contenus dans un spermatophore déposé par le mâle, sont saisis par les lèvres cloacales de la femelle. À l'éclosion, les larves se fixent temporairement grâce à des « balanciers » dont les extrémités produisent une sécrétion adhésive. Elles possèdent des crêtes natatoires dorsale et caudale et une dentition spéciale. Elles respirent au moyen de trois houppes branchiales. Les membres antérieurs se développent avant les postérieurs. L'élimination de la métamorphose peut être réalisée par un développement direct qui supprime la phase larvaire libre aquatique ou par la néoténie qui élimine la phase terrestre.

La phase larvaire aquatique est ainsi complètement supprimée chez Salamandra atra, qui est vivipare. Un œuf éclôt dans chaque oviducte sous forme d'une larve munie de balanciers, d'organes de la ligne latérale et de branchies. La larve se nourrit d'abord du vitellus des œufs voisins avortés, puis elle se met en relation avec la paroi de l'oviducte par l'intermédiaire des branchies externes et elle est libérée à la fin de son développement.

Chez les espèces néoténiques, la métamorphose ne se produit habituellement pas : des caractères larvaires persistent toute la vie, ainsi que le mode de vie aquatique. La néoténie est un caractère spécifique presque définitivement fixé dans le cas classique de l'axolotl qui ne se métamorphose que très rarement dans son habitat naturel. Un traitement thyroïdien permet d'obtenir des individus métamorphosés, car l'axolotl n'est que la larve néoténique d'Ambystoma tigrinum. Les causes de cette néoténie facultative sont mal connues : insuffisance quantitative de sécrétion thyroïdienne ou faible réactivité des tissus ?

CONSANGUINITÉ

"Dans toutes les espèces sexuées, c'est-à-dire toutes les espèces qui mélangent le capital génétique du mâle et de la femelle pour donner un individu original, la consanguinité augmente le risque de voir apparaître des maladies génétiques dites récessives (mucoviscidose chez l'homme par exemple).
Un gène récessif est un gène qui ne s'exprime pas quand il n'est présent que sur un seul chromosome sur deux. S'il est présent sur les deux, la maladie s'exprime. La consanguinité augmente le risque de voir ce gène présent sur les chromosomes apportés par la mère et par le père.
Par contre, a priori, la consanguinité ne rend pas les enfants plus fragiles ou plus faibles s'il n'y a pas de maladie génétique précise associée. Il existe de nombreuses races animales issues d'un très petit nombre de géniteurs de départ et qui ne souffrent pas de cette consanguinité (qu'il faut distinguer des tares sélectionnées justement pour créer la race en question). Comme exemple classique, la race pur-sang anglais chez les chevaux est issue de trois mâles originels.
Si on pouvait prouver que telle espèce ne présente aucune maladie génétique récessive (difficile à prouver), la consanguinité ne poserait aucun problème à cette espèce.
A ma connaissance, chez l'axolotl, aucune maladie génétique n'a été mise en évidence. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas...
Dans le doute chez l'homme, de nombreux états interdisent les mariages entre cousins germains. La pratique est courante dans de nombreux autres endroits. 
Dans le doute toujours, en élevage, on essaye d'éviter des trucs trop "louches" comme des croisements entre parents et petits, frères et sœurs. 
                                                                                                                                                                        

Dr Larroquette  (Clinique vétérinaire de Castres Tarn)

Pour résumer : la reproduction par exemple entre frères et sœurs amphibiens peut sur de belles et fortes souches (pour cela il faut connaitre le patrimoine génétique) donner de beaux bébés portant le meilleur des deux, ou bien renforcer un trouble génétique. Donc avant de jouer à l'apprenti sorcier il faut absolument connaitre le patrimoine génétique de ses axolotls, ou autres urodèles et ne garder que les plus forts et sains. Dans le doute  s'abstenir... 

Les Urodèles sont représentés par les Amphibiens actuels qui, à l'état adulte, possèdent typiquement deux paires de membres moteurs et une queue : ainsi les tritons, les salamandres. Leur corps lacertiforme se distingue facilement de celui des lézards par une peau nue, toujours dépourvue d'écailles. Les membres antérieurs et postérieurs ont sensiblement la même taille. Leur rôle dans la nage est faible. Sur terre, les urodèles marchent maladroitement avec ondulations latérales du corps. Lorsque le développement de l'œuf est achevé, la majorité des urodèles passent par un stade aquatique libre au cours duquel l'animal se déplace et se nourrit. Pendant cette vie larvaire, se déroulent des processus pratiquement simultanés de croissance et de régression qui constituent la métamorphose.

Il faut insister sur le rôle important des urodèles dans la recherche expérimentale : c'est sur l'œuf de triton que H. Spemann mit en évidence le phénomène de l'induction ; c'est sur ce même germe qu'ont pu être effectuées les expériences de séparation des deux premiers blastomères, d'androgenèse ou développement commandé par le seul noyau spermatique, et d'augmentation du nombre des stocks chromosomiques (polyploïdie artificielle) par l'action du choc thermique. Il faut mentionner aussi l'utilisation des larves d'Urodèles pour réaliser des greffes siamoises, ou parabioses, pour créer des chimères intergénériques (chimères triton-axolotl de Houillon), pour opérer des transformations complètes et définitives du sexe (comme l'ont fait Humphrey chez l'axolotl et Gallien chez le pleurodèle).

Anatomie

Squelette

Le crâne des urodèles est globalement semblable à celui des anoures. Toutefois, les os frontaux et pariétaux restent séparés, les palatins sont absents ou réunis aux vomers et les maxillaires peuvent manquer. Les vertèbres sont amphicœles ou opisthocœles. Elles se caractérisent par la présence de longs supports costaux, souvent doubles.

(Source Universalis)

© 2007-2020 www.axolotls-cie.com

Toute reproduction du site, partielle ou complète, est interdite sans l'expresse autorisation de l'auteur.